Pourquoi coupez-vous les cornes de vos chèvres ?

D’abord, si un éleveur choisit ce métier, c'est avant tout parce qu'il aime les animaux.

Vous pouvez donc être sûrs qu'il ne pratiquera jamais un geste de ce type sans raisons valables de le faire !

L’éleveur a besoin d’écorner ses animaux pour plusieurs raisons : éviter que les chèvres ne se blessent entre elles ou faciliter leur accès à la nourriture ou à l'eau. Cela limite aussi les risques de blessure pour l’éleveur.

La traite mécanique est-elle douloureuse pour les chèvres ?

Comme pour tout mammifère, les pis gonflent fortement en début de lactation (c'est la fameuse "montée de lait") et c'est cela qui est douloureux. La traite mécanique va en réalité soulager la chèvre en reproduisant fidèlement le geste de massage et de succion du petit, de manière régulière.

A ses côtés durant la traite, l'éleveur interviendra à tout moment s'il constate qu'une chèvre a le moindre inconfort.

La traite, deux fois par jour, est aussi un moment essentiel pour l’éleveur qui en profite pour observer chaque chèvre et voir si tout va bien.

A quoi sert la taille des onglons des chèvres ?

Dans les soins apportés aux chèvres, la taille des onglons, qui se fait une à deux fois par an, est un moment important. Elle permet à l’animal de ne pas boiter, de se déplacer facilement.

Ce n’est pas douloureux, à condition que cela soit bien fait !

C’est pourquoi, chez Soignon, nos éleveurs sont formés pour bien pratiquer la taille des onglons, ou bien, ils font appel à des spécialistes.

Vos chèvres sont-elles élevées en liberté ?

Il existe une grande diversité de modes d’élevage.

Certaines fermes ont des pâturages, d'autres non. Certaines ont des parcours extérieurs (avec des aménagements qui permettent aux chèvres de jouer, grimper…), d'autres pas.

La pratique la plus courante reste la chèvrerie. En son sein, les chèvres y sont à l'abri des intempéries (car elles sont sensibles à la pluie et aux fortes chaleurs) et elles ont une alimentation équilibrée (moins aléatoire qu'en pâturage).

Quand l'environnement le permet (suivant la situation géographique et les prairies disponibles à proximité de l’exploitation), les chèvres ont accès au pâturage entre avril et octobre.

Pour produire le lait, modifiez- vous les dates des chaleurs de vos chèvres ?

Les chèvres se reproduisent naturellement d'août à novembre, ce qui permet d’avoir du lait à partir de janvier-février, avec un pic de production au printemps.

Afin d’avoir du lait toute l’année, une partie de nos éleveurs utilise, en complément, la luminothérapie, afin de favoriser une phase de reproduction au printemps et avoir du lait à l’automne.

Grâce à l’allongement simple de l’éclairage dans la chèvrerie en période hivernale, il s’ensuit une nouvelle période de reproduction quand la luminosité naturelle est faible.

Pour l’éleveur, le regroupement des mises bas est source d’un meilleur confort de travail. Bien-être de l’animal et de l’éleveur vont de pair.

Que deviennent les chevreaux, au bout de combien de temps le chevreau est-il séparé de la mère ?

Lorsque les chevreaux naissent, ils restent auprès de leur mère, le temps de recevoir le colostrum (lait maternel post-naissance, riche en protéines et en anticorps).

Les chevreaux sont installés dans un espace dédié et bien adapté, la nurserie. La plupart de nos élevages en dispose.

En ce qui concerne l’élevage des chevreaux, chaque éleveur a sa propre pratique, en fonction de ses possibilités, des surfaces dont ils disposent, etc.

Aujourd’hui, de plus en plus d’éleveurs élèvent leurs chevreaux sur leur exploitation pendant 1 mois. Les chevrettes sont élevées dans la chèvrerie pour assurer le renouvellement du troupeau.

Certains chevreaux sont destinés à devenir des reproducteurs. Les autres chevreaux sont vendus pour leur viande.

Que mangent vos chèvres ?

Une bonne alimentation est fondamentale pour la qualité du lait. Les chèvres sont des herbivores.

Au menu du troupeau, on peut trouver du foin (de l’herbe séchée), de l'herbe fraîche, du maïs, des céréales (orge, blé), complétés par des minéraux, des vitamines et des oligoéléments.

En fonction de son modèle d’élevage, en particulier en fonction des surfaces de prairies dont il dispose, l’éleveur produit lui-même tout ou partie de l’alimentation fourragère de son troupeau. (Pour conserver les fourrages plus longtemps, ils peuvent être enrubannés (c'est-à-dire stockés en balles cylindriques enroulées dans un ruban de matière plastique) ou conservés en silo (c'est le cas pour le maïs. On parle alors d'ensilage de maïs).

Y-a-t-il des OGM dans l'alimentation de vos chèvres ?

Pour éviter la présence d'OGM dans l'alimentation des chèvres, nous encourageons nos éleveurs à produire eux-mêmes l'alimentation de leur troupeau.

Cela leur permet de contrôler de A à Z la provenance de ce que mangent leurs chèvres.

Aujourd'hui, 95 % de nos éleveurs sont autonomes en matière d'alimentation fourragère.

Combien avez-vous d’exploitations en chèvre ?

Environ 600 exploitations.

Dans quelles régions sont situées vos exploitations de chèvres ?

80 % des exploitations environ sont situées dans l’Ouest de la France (Morbihan, Finistère, Loire-Atlantique, Maine et Loire, Vendée, Mayenne, Deux-Sèvres, Vienne, Indre, Indre et Loire) et environ 20% en Rhône-Alpes (Rhône, Ardèche, Isère).

Quelle est la taille moyenne des exploitations (nombre de chèvres par exploitation) ?

Nos exploitations comptent en moyenne 300 chèvres, une taille qui permet à l’éleveur d'entretenir une relation privilégiée avec ses animaux au quotidien.

Il profite des deux traites quotidiennes et de la distribution des repas pour s'assurer que tout va bien.

Quelles sont les règles chez Soignon en matière d’élevage caprin ?

100 % de nos producteurs respectent le Code Mutuel Caprin (CMC), le référentiel de bonnes pratiques reconnus par l’inter-profession.

Chaque exploitation fait l'objet d'une visite de validation et, chez Soignon, nous allons au-delà en veillant à ce que nos éleveurs progressent encore et toujours, en les accompagnant, les conseillant et favorisant le partage des meilleures expériences…

Comment pouvez-vous être sûrs que vos 600 éleveurs s'occupent bien de leurs chèvres ?

Nos 600 éleveurs ont choisi d'être adhérents d'une coopérative et c'est déjà un engagement en soi ! 100 % de nos éleveurs s’engagent à respecter le Code Mutuel Caprin, la référence en termes de règles et de bonnes pratiques dans la profession.

Chez Soignon, nous cherchons à progresser en permanence en accompagnant nos éleveurs, en les conseillant et en favorisant le partage des meilleures expériences…

Chaque élevage fait l’objet d’un suivi régulier assuré par les techniciens de la coopérative, et comme pour de nombreuses professions, également de contrôles réalisés par l’administration (par exemple, par la DDPP-Direction Départementale de la Protection des Populations).

Vous n’avez pas trouvé
 de réponse à votre question ?

Vous n’avez pas trouvé
 de réponse à votre question ?

Contactez nous